CE QUI FONCTIONNE A L’ECOLE (What works in schools de Robert J. Marzano)

Classé dans : Résumés | 0
  •  
  •  
  •  
  •  

ce qui fonctionne a l ecole

Introduction

Certaines études sont très négatives à l’égard de l’école de manière générale. Cette dernière n’aurait pas d’influence sur la réussite des élèves et seule la provenance sociale compterait.

Mais des études montrent également que l’école prise de manière individuelle a un impact sur les élèves. Cet impact est considérable car il peut contrecarrer entièrement l’origine sociale.

Le livre se décompose en trois sections qui présentent les leviers pour faire progresser les élèves:

  1. Au niveau de l’école
  2. Au niveau du professeur
  3. Au niveau de l’élève

Les leviers au niveau de l’école

ecole

Un programme assuré et garanti

Pour que chacun progresse il faut en premier lieu avoir l’opportunité d’apprendre et être sûr de ce qui est appris et à quels niveaux (en quelle classe). En France, le programme est très clair et commun à toutes les écoles ainsi que les volumes horaires.

Ainsi le seul levier de l’école (et encore ça n’est pas uniquement de son ressort) est d’assurer les cours en trouvant des professeurs.

Des buts motivants et un retour efficace

La mise en place de buts motivants pour l’ensemble de l’école et de buts spécifiques pour chaque élève peut incomber à l’établissement. Egalement, ce dernier peut imposer un système régulier d’examen pour que les élèves aient un retour sur leurs progrès.

L’engagement de la communauté et des parents

engagement communauté

Il est du ressort de l’école de mettre en place des moyens de communication avec les parents.

Pour impliquer ces derniers dans le quotidien de l’école, il est par exemple possible de:

  • faire participer les parents à de l’aide dans les classes
  • inviter les parents pour animer une conférence
  • demander d’accompagner des sorties
  • mener des ateliers d’orientation

Un environnement sécurisé

La sécurité à l’école est un sujet de préoccupation pour les parents. A cette fin l’école doit:

  • établir des règles et des procédures
  • mettre en place un programme pour auto-discipliner et responsabiliser les élèves

De la collégialité et du professionnalisme

collegialite

Le climat de l’école a son importance également. La collégialité consiste à s’épauler entre pairs, à pouvoir partager librement sur ses difficultés, respecter les autres et analyser et critiquer de manière constructive.

Le professionnalisme relève davantage de l’expérience en enseignement que de la spécialisation dans la matière. Les connaissances pédagogiques sont cruciales pour être un bon professionnel.

Il convient d’établir des normes de comportement au sein de l’établissement pour:

  • résoudre un conflit
  • lever et résoudre un problème professionnel
  • partager des informations auprès des élèves
  • communiquer avec un tiers
  • savoir quel comportement adopter lors des sorties

Idéalement, un établissement devrait proposer un groupe d’échanges de bonnes pratiques pédagogiques par matière.

Les leviers au niveau du professeur

levier du professeur

Les leviers du professeurs sont bien plus importants que ceux de l’école. Un professeur efficace doit réunir trois caractéristiques: disposer d’un panel de stratégies d’instruction, savoir gérer sa classe et posséder des compétences pour construire les leçons.

Les stratégies d’instruction

Voici une classification de différentes stratégie d’instruction:

 

Nom de la stratégie Comportements spécifiques
Identifier des ressemblances et des différences -donner en classe ou à la maison des taches qui impliquent de classer ou comparer
– donner en classe ou à la maison des taches qui mettent en jeu des métaphores ou des analogies
Résumer et prendre des notes

-demander aux élèves de produire un résumé à l’oral
-demander aux élèves de produire un résumé écrit
-demander aux élèves de prendre des notes
-demander aux élèves de revoir leurs notes, corriger les erreurs et ajouter des informations

Renforcer les efforts et donner de la reconnaissance -reconnaître et célébrer les progrès effectués tout au long de la séquence pédagogique
-reconnaître et insister sur l’importance de l’effort
-reconnaître et célébrer les progrès effectués à la fin d’une séquence
Devoirs et exercices d’entraînement -donner un retour spécifique sur chaque devoir donné
-donner un devoir dans le but de pratiquer une procédure ou une compétence qui a fait l’objet d’une instruction
Représentations non verbales

-demander aux élèves de générer une image mentale
-demander aux élèves de dessiner une image représentant le contenu de la leçon
-demander aux élèves de réaliser un graphique représentant le contenu de la leçon
-demander aux élèves de mettre en scène la leçon (façon pièce de théâtre)
-demander aux élèves de réaliser une maquette

Apprentissage coopératif -faire travailler les élèves en petits groupes quand cela est approprié
-organiser la classe en groupe de compétences quand cela est approprié
Fixer des objectifs et donner un retour -définir des objectifs au début d’une séquence
-demander aux étudiants de se fixer leurs propres objectifs au début d’une séquence
-donner un retour sur l’avancement des objectifs tout au long de la séquence
-demander aux élèves de garder des traces de leurs progrès concernant les buts fixés
-donner un retour (évaluation sommative) à la fin de la séquence
-demander aux étudiants de s’auto-évaluer à la fin d’une séquence
Produire et tester des hypothèses -engager les élèves dans un projet qui implique de générer et tester des hypothèses grâce à une situation problème
-engager les élèves dans un projet qui implique de générer et tester des hypothèses grâce à des taches de prises de décision
-engager les élèves dans un projet qui implique de générer et tester des hypothèses grâce à des taches de recherche
-engager les élèves dans un projet qui implique de générer et tester des hypothèses grâce à des taches d’analyse
-engager les élèves dans un projet qui implique de générer et tester des hypothèses grâce à des taches d’invention
Faire du lien -avant de présenter un nouveau contenu, faire une évaluation diagnostique
-avant de présenter un nouveau contenu, faire des liens avec ce qui a déjà été vu
-avant de présenter un nouveau contenu, donner aux étudiants des manières de s’organiser autour de ce contenu

Pour construire une leçon , voici un tableau présentant différents types d’éléments à incorporer. Bien évidemment chaque leçon n’incorporera pas tous les types d’éléments.

Elément Description
Dispositif d’anticipation Préparer les élèves à se concentrer sur ce qui va être appris. (Exemple: regardez ce paragraphe sur le tableau. Que pensez-vous qu’il sera le plus important de retenir?)
But/Objectif Les élèves apprennent plus efficacement quand il savent ce qu’ils doivent apprendre; et les professeurs enseignent plus efficacement quand ils savent ce qu’ils doivent enseigner.
Nouveau contenu Les élèves doivent acquérir des connaissances, des méthodes  ou compétences. Le professeur doit analyser l’objectif final pour déterminer quelles connaissances doivent être apprises.
Modeler Voir de quoi à l’air le résultat attendu est primordial pour apprendre. Voir des exemples de ce qui est attendu aide les élèves à comprendre ce qu’on attend d’eux.
Vérifier la compréhension Avant que les étudiants ne démarrent une activité, le professeur doit vérifier que la consigne est comprise et qu’ils ont les connaissances minimales requises pour la faire.
Guider la pratique Les élèves s’exercent sous la supervision directe du professeur. Une nouvelle connaissance ou un nouveau savoir-faire est plus malléable quand il est frais; il faut intervenir directement sous peine de corriger bien plus difficilement les choses plus tard.
Pratique en autonomie La pratique autonome est utilisée uniquement quand le professeur est certain que les élèves ne feront pas d’erreur importante.

Gérer sa classe

La recherche défend fortement une approche équilibrée de la discipline qui emploie des techniques variés. Les élèves ont besoin d’un retour sur leur travail et sur leur comportement. L’auteur évacue avec fermeté toute méthode qui bannirait les punitions.

La pierre angulaire de la gestion de classe est sans doute la relation que le professeur entretient avec ses élèves. Et un troisième axe que le professeur doit garder en tête est le fait de garder une objectivité émotionnelle ( prendre de la distance dans ses réactions) ainsi que le de toujours être au courant de ce qui ses passe dans sa classe ( “withitness” en anglais)

    1. Avoir un ensemble de règles et de procédures
      • Comportement général: respect, politesse, prise de parole, violence, matériel, attribution des places
      • Début et fin d’heure: procédures administratives, appel, nettoyage des locaux, gestion des absents de la séance précédente, gestion des retards, dispositif pour la remise des devoirs
      • Transition et interruption: comment quitter la salle, aller aux toilettes, aider le voisin
      • Distribution de documents: distribuer un document, ramasser des documents, stocker du matériel
      • Travail de groupe: quels déplacements sont autorisés, comment le groupe communique avec le professeur, comment communiquer au sein du groupe
      • Activités menées par le professeur: attention, participation, prise de parole, obtenir de l’aide, que fait-on une fois le travail fini
    2. Renforcer les bons comportements, prévenir les mauvais
      • Désapprouvement non verbal pour ne pas perturber le cours et intervenir mais de manière discrète.
      • Système de bons points, de permis (pourvoir en perdre et en gagner)
      • mesures d’isolation
      • sanction réparatrice
      • système de punition différé: par cela, on entend que la limite est fixée et que la punition tombe quand elle est dépassée
      • technique de contingence de groupe: un gain quand tout le monde dans le groupe respecte la consigne ou un gain quand une personne du groupe atteint un objectif.
    3. Discipline à l’échelle de l’école
    4. Comportements dominants et coopératifs
      • Comportements dominants appropriés: établir des objectifs, faire un retour en lien avec les objectifs fixés
      • Comportements coopératifs appropriés:
        • discussion informelle avec les élèves
        • saluer les élèves en dehors de l’école
        • complimenter les réussites extra scolaires
        • encourager les étudiants
        • souligner ce qui était bon dans une mauvaise réponse
    5. Connaître les différents types d’élèves

les differents types d eleves

6. Withitness

C’est la capacité à savoir à tout moment ce qu’il se passe dans la classe. Cette compétence s’acquière avec l’expérience.

Le seul conseil que l’on peut donner à ce sujet est de scanner régulièrement délibérément la classe.

  1. Objectivité émotionnelle

Il faut avoir conscience que les mauvais comportements n’ont souvent rien à voir avec le professeur en particulier: c’est impersonnel. Le professeur doit contrôler son attitude en permanence en particulier envers certains élèves qu’il apprécie moins.

Voici un petite méthode pour se préparer:

  • Passer mentalement en revue les élèves avant le cours et noter ceux avec lesquels on pense avoir des problèmes.
  • Imaginer les problèmes et penser à un comportement positif en réaction
  • Garder cela en tête pour le cours

Concevoir une leçon pour sa classe

On entend par conception de leçon le séquencement, le rythme et le contenu de la leçon.

Trois principes sont à mettre en œuvre:

  1. Déterminer les connaissances spécifiques à la leçon
  2. Transférer les connaissances: cela nécessite de l’engagement de la part de l’apprenant. Il faut donc structurer sa leçon avec des taches similaires les unes aux autres et pensées pour le transfert.
  3. Exposer plusieurs fois l’apprenant aux même connaissances. On peut exposer l’apprenant verbalement, visuellement et dans un contexte dramatique ( au sens théâtral du terme). Les trois manières citées étant d’efficacité croissante.

exposition dramatique pour transfert apprentissage

Les leviers au niveau de élève

L’environnement

Une croyance populaire est de considérer que l’origine sociaux économique de l’enfant prédit sa réussite scolaire. S’il est vrai que l’origine sociale est influente, ce qui compte davantage que les revenus ou le niveau académique des parents est en fait l’atmosphère qui règne à la maison.

En cela l’environnement peut être modifié pour impacter positivement l’élève:

  • au niveau de la communication utilisée pour parler de l’école: avoir des discussions systématiques par rapport aux devoirs et la journée d’école, en encourageant son enfant. environnement familial
  • au niveau de la supervision: contrôler les devoirs et limiter la télévision (le livre ne parle pas du téléphone portable parce qu’il date de 2003)
  • au niveau des attentes/exigences des parents: plus elles sont élevées, mieux c’est pour la réussite scolaire de l’élève.

L’intelligence apprise

L’auteur sépare l’intelligence en deux types:

  • l’intelligence fluide, assimilée aux capacités de raisonnement et qui relève de l’inné
  • l’intelligence cristallisée, qui regroupe l’ensemble des connaissances et qui relève de l’acquis: elle s’apprend.

La bonne nouvelle est que les études tendent à montrer que l’intelligence cristallisée est prépondérante dans la réussite scolaire d’un élève. Même s’il reste entendu qu’avoir une intelligence fluide aide l’élève à apprendre plus rapidement.

Pour améliorer l’intelligence cristallisée deux approches complémentaires sont proposées:

  1. Une approche directe : mettre en place un programme de mentorat où une relation d’adulte attentionné à étudiant dans le besoin est créée.
  2. Une approche indirecte qui consiste à augmenter le vocabulaire connu par un jeune.

On peut pour cela proposer régulièrement un temps de lecture silencieuse afin d’enrichir le vocabulaire du lecteur. Le problème étant qu’un mot doit être rencontré environ 6 fois pour être compris hors de son contexte et que les nouveaux mots sont souvent rencontrés de manière isolée. lecture

On peut également procéder à de l’instruction directe pour les mots de vocabulaires importants dans une scolarité.

Un programme de développement de vocabulaire devrait donc rassembler les points suivants:

  • les élèves sont engagés dans une activité de lecture silencieuse (10 à 20 minutes) sur le livre et le sujet de leur choix
  • les élèves reçoivent une instruction directe des mots et expressions critiques dans la scolarité
  • les élèves sont exposés à ces mots plusieurs fois
  • les élèves sont encouragés à utiliser des images mentales, photo ou symboles pour mémoriser et comprendre les nouveaux mots.

La motivation de l’élève

Le lien entre la motivation et la réussite est très net mais ce qui l’est moins c’est la dynamique de la motivation. Plusieurs théories tentent d’expliquer l‘origine de la motivation.

motivation

Théorie de la recherche du succès VS la peur de l’échec. Dans cette théorie soit on recherche les émotions liées au succès soit on souhaite éviter l’échec. Si l’on est animé par la recherche du succès, on est généralement plus motivé pour s’engager dans de nouvelles taches alors que si l’on est animé par l’évitement de l’échec on a peur et on est donc peu motivé pour faire de nouvelles choses.

Théorie de l’attribution: la façon dont les élèves perçoivent la cause de leur succès ou échec antérieur déterminerait leur motivation. En général 4 causes sont attribuées:

  1. capacité
  2. effort
  3. chance
  4. difficulté de la tache

Il est évidemment préférable d’attribuer comme cause l’effort!

La théorie du j’en vaux la peine: elle se base sur le fait qu’une de nos priorités est l’acceptabilité de soi. Comme la tendance est de confondre la valeur d’un humain avec ses réalisations, les élèves confondent la capacité avec la valeur. 

La pyramide de Maslow:

pyramide maslow motivation

Que retenir de ces théories?

Que si le succès est basé sur le statut par rapport aux autres, seuls quelques élèves peuvent gagner. Il faut donc placer la progression individuelle comme mesure de succès. A cette fin, on s’efforcera de faire un retour sur les progrès de chaque élève.

Ensuite, procurer aux élèves des activités qui sont intrinsèquement engageantes. Elles doivent avoir trois caractéristiques:

  1. elles constituent un défi réalisable par l’élève
  2. elles suscitent la curiosité
  3. elles éveillent la fantaisie (créer des circonstances imaginaires qui permettent d’utiliser librement les capacités de l’élève)

Une troisième démarche à entreprendre est de donner la possibilité aux élèves de s’engager sur un projet long-terme de leur choix.

Enfin, il faut enseigner aux élèves les dynamiques de la motivation et comment cela les affecte.

Implémenter le modèle

Prendre le pouls de l’établissement

Un questionnaire de 66 items permet de répondre sur différents sujets au trois questions suivantes:

– dans quelle mesure sommes nous engagés dans ce comportement/investis dans cette problématique?

-quelle incidence un changement dans nos pratiques aurait sur les résultats scolaires de nos élèves?

-combien cela coûterait-il en terme d’efforts de changer nos pratiques concernant cet item?

Identifier et mettre en œuvre une intervention

Il convient d’identifier une intervention spécifique et de s’attacher vigoureusement à la mettre en œuvre. Cela peut sembler évident mais beaucoup d’établissement donne par exemple une formation mais cela ne sous-entend pas que cela soit utilisé par la suite.

Pour s’assurer de la mise en œuvre, des moyens simples existent:

  • observation directe
  • sonder les intervenants

Examiner les résultats

C’est une erreur majeure que de ne pas collecter d’information sur les résultats une fois que l’on sait qu’une expérimentation a été faite.

Il faut ensuite passer au problème suivant!

Le rôle du leadership

Une croyance erronée est que c’est le leadership du principal qui prime. Si c’est évidemment un plus, c’est bien à un groupe de professeurs de porter le changement. Cette équipe doit montrer une forte volonté de changement et orienter le reste du personnel tout en restant très respectueuse envers ceux qui ne font pas partie de l’équipe. L’équipe portant le changement ne doit pas faire de micro-management et ne pas intervenir dans le quotidien des autres professeurs. Il faut donc rester attentifs aux problèmes rencontrés par les autres professeurs et accessibles.

En général, les leaders présents dans ce genre d’équipe ont trois caractéristiques: ils sont optimistes, honnêtes et font preuve d’empathie.

En bref

Ce que je retiens de cet ouvrage est:

  • qu’il est extrêmement bien documenté du point de vue des études qui viennent étayées les propos de l’auteur
  • il présente de nombreuses pistes à explorer à différents niveaux (mise en place de programme de lecture, de tutorat au niveau établissement, idées de formations pour les élèves ou les parents à organiser, idées pour s’améliorer en tant que professeur au niveau de sa gestion de classe ne serait-ce qu’en formalisant les règles et les procédures que l’on souhaite mettre en œuvre dans ses classes)
  • il est optimiste quand au devenir de l’école et les améliorations à y construire
  • il propose du matériel concret (certes en anglais) si on souhaite se lancer dans une expérimentation au sein de l’établissement

Et vous qu’en avez-vous pensez? Pensez-vous mettre en oeuvre une des actions citées dans l’article? N’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *