Des élément d’éducation pour les professeurs: 50 principes basés sur la recherche que les éducateurs devraient connaître

Classé dans : Résumés | 0
  •  
  •  
  •  
  •  

De Austin Volz, Julia Higdon, William Lidwell

elements education

Le livre présente de façon claire et concise 50 principes afin de nous proposer des axes d’amélioration dans nos pratiques.

  • La loi de pareto: 20% des éléments produisent 80% des effets.Ce principe doit  nous inviter à choisir avec discernement nos axes de travail.
  • La constitution de groupe qui ne doit pas être de niveau homogène.
  • Evaluation formative: bien communiquer les objectifs de la leçon et les critères de réussite.

evaluation

  • L’autoévaluation: à limiter aux sujets récents, à comparer à l’évaluation du professeur et à utiliser dans un environnement qui promeut l’honnêteté intellectuelle et l’autocritique.
  • L’évaluation sommative: à lier aux objectifs de la séquence, ne pas mémoriser les performances et ne pas inclure le comportement de l’élève dans la notation.
  • Donner du choix: simplifier les choix possibles et minimiser le nombre de choix à faire. Ne pas proposer d’options aux débutants.
  • Regroupement (chunking): grouper les informations pour les rendre plus facilement assimilables. Pas plus de 5 par groupement. Utiliser les graphiques, les diagrammes…Une image se retient mieux qu’une succession de mots.
  • Arrangement de la classe: la lumière naturelle est très importante, ajuster la couleur à la nature de la tâche, garder une décoration simple et prévoir un espace pour afficher les productions d’élèves.
  • Gestion de classe: un programme de gestion de classe est indispensable. Il doit commencer le premier jour de classe et être renforcé tout au long des deux premières semaines. Engager les élèves dans la création des règles qui doivent rester simples et courtes. Ne faites pas plus d’un avertissement quand une règle n’est pas respectée.

gestion de classe

  • Créativité: favoriser la créativité avec des techniques comme les 5 pourquoi, différentes manières de résoudre un problème.
  • Prendre des décisions: retirer les outils qui ne fonctionnent pas est aussi important qu’ajouter des outils qui fonctionnent. Se baser sur des choses démontrées.
  • Pratique délibérée: elle doit être ciblé sur une des composantes de la compétence visée, faire un retour immédiat et proposer une difficulté croissante.
  • Traiter les choses en profondeur: focaliser l’attention sur les choses importantes et les relier à des choses familières pour les élèves.
  • Diriger l’instruction: guider l’instruction est utile car cela permet de cibler les notions importantes et de les séquencer. La quantité est adaptée aux capacités des élèves.

guider les eleves

  • Apprentissage basé sur les discussions: il faut veiller à ne pas être dominateur dans la discussion, ni à ce que seuls quelques élèves le soient. Il faut toujours garder à l’esprit les objectifs pédagogiques et veiller à conserver une ambiance de respect.
  • Double encodage: apporter l’information de manière verbale et non verbale. Les images sont puissantes pour retenir l’information. Ne pas baser son enseignement sur les “styles d’apprentissage” et éviter les répétitions et la surcharge inutile (ajout de musique par exemple).
  • Engagement des parents: les considérer comme les éducateurs premiers qu’ils sont des enfants. Ne pas hésiter à partager avec eux mais ne pas perdre son énergie et son temps dans des programmes d’investissements des parents.
  • Engagement des élèves: indispensable à l’apprentissage, il faut le favoriser en liant notre discours à ce qu’ils vivent, ce qu’ils connaissent.

engagement

  • Erreur: ne pas les stigmatiser mais au contraire sans servir d’appui pédagogique pour favoriser la persévérance
  • Fonctions cognitives: insister sur l’auto-discipline, le contrôle de soi (plutôt que sur la mémoire de travail qui est plutôt fixe). Ne pas hésiter à changer d’activité pour que les élèves s’adaptent.
  • Exercice physique: en plus d’être bon pour la santé, 15 à 60 minutes d’activité physique modérée de préférence le matin améliore les performances cognitives.
  • Effet de nos pensées: croire que l’intelligence n’est pas fixe amène à une meilleure réussite, effet pygmalion, effet Golem, effet Halo…Il est importante d’avoir des attentes élevées pour que les élèves réalisent leur plein potentiel.

expliquer faire un retour

  • Retour d’information: dirigé pour les novices et facilitateur pour les élèves plus avancés. Limiter le retour d’information à un ou deux points qui permettent à l’élève de franchir une marche est mieux qu’un retour extensif. Un retour immédiat est à privilégier pour les débutants.

La question clé est : “le retour que je fait aide t-il quelqu’un à comprendre ce qu’il ne sait pas, ce qu’il sait et où il doit aller?” Un long commentaire n’est pas puissant et n’a pas d’effet.

  • Le compromis de la polyvalence: une polyvalence accrue se fait au détriment de la performance. On ne peut pas maîtriser tous les sujets mais il est également dangereux de n’en maîtriser qu’un. Dans un environnement non défini pour un métier, le programme doit être large.
  • Devoirs: à partir du collège, il est préférable d’en donner mais régulièrement et en petite quantité. (60 minutes de travail pour un 6ème le soir). Il faut faire un retour sur les devoirs.
  • Intelligence: le QI augmente avec les années d’études ; encourager les élèves à poursuivre leurs études, à apprendre de nouvelles choses dans de nouveaux contextes.
  • Entrelacement: espacer la pratique avec des compétences différentes mais liées. Dans les problèmes, mettre en jeu des taches suffisamment similaires pour qu’une stratégie de sélection soit nécessaire.

metacognition

  • Métacognition: indiquer un temps aux élèves pour qu’ils réfléchissent à leur performance et qu’ils obtiennent un retour d’information sur la qualité de cette réflexion.
  • Moyens mnémotechniques: ces méthodes sont utiles pour les élèves ayant des difficultés à mémoriser. Elles sont à utiliser pour retenir des informations qui n’ont pas besoin d’être immédiatement disponibles.
  • Motivation: extrinsèque comme l’argent ou intrinsèque comme le plaisir. La motivation intrinsèque est plus puissante pour les apprentissages mettant en jeu la résolution de problème ou la créativité.  Elle est plus facile à développer si les expériences font appel à l’autonomie, impliquent une meilleure maîtrise et ont un sens.
  • Tutorat par les pairs: le tuteur et son tutoré progressent tous les deux. Ils doivent travailler sur des sujets déjà abordés, des devoirs donnés par exemple.

se controler

  • Avoir conscience de son comportement et savoir se contrôler est un bon indicateur de la réussite académique. Il faut favoriser la persévérance quand elle est orientée vers des buts bien définis.
  • Le jeu: le jeu est naturellement utilisé dans la petite enfance. Les jeux où l’adulte initie le matériel, les questions et où les choix de l’enfant oriente le jeu donnent les meilleurs résultats en terme d’apprentissages.
  • Echec productif: cette méthode consiste à proposer un problème complexe pour lequel es élèves ne possèdent pas la solution mais sur lequel ils peuvent tenter des choses grâce à leurs connaissances. Elle est à réserver aux sujets complexes. Une fois que les différentes approchent ont été testées et qu’une solution finit par être trouvée, il faut laisser les élèves pratiquer plusieurs fois la procédure.
  • Dévoilement progressif d’informations: dans une présentation, penser à ne montrer que progressivement les informations pour ne pas surcharger les capacités d’attention des participants. Il s’agit de garder une approche minimaliste jusqu’à ce que les élèves maîtrisent les bases. On leur propose alors des options et des choses plus complexes.

mode projet

  • Apprentissage en mode projet:  ils ne sont bénéfiques que s’ils sont amusants et proposent nu défi aux élèves. Ils doivent être scindés en étapes qui sont liées à des apprentissages. L’idéal est que le résultat du projet soit partagé au-delà de la classe.
  • Niveaux de lecture: séparés les livres en niveaux de lecture et se limiter à un niveau est une mauvaise idée. En effet, si un lecteur apprend davantage à un niveau de lecture où il ne connaît que 90 à 95% des mots, un niveau qu’il maîtrise lui apportera confiance et fluidité de lecture.
  • Retrouver le savoir: la meilleure façon d’apprendre est de se tester (flashcards, quizz, question/réponses). Relire est inefficace.
  • Soutient: nécessaire pour les débutants, il faut donner le minimum de soutient afin de prévenir l’échec. Le soutient est indispensable quand on introduit de nouvelles notions. Cela peut être fait en donnant des solutions, en faisant des exercices et des auto-évaluations. Il ne faut pas faire de soutient pour les élèves avancés.

effet liste

  • Effets de la position dans une liste: le début et la fin d’une liste sont mieux retenus que ce qui est au milieu. Le début est mieux stocké dans la mémoire à long terme et la fin est encore dans la mémoire de travail. Les informations essentielles doivent donc être présentées au début d’une séance et renforcées par un rappel en fin de séance.
  • Stratégies de sommeil: le facteur influent l’apprentissage le plus universel est le sommeil. Pour les adolescents, il est utile de décaler l’heure d’arrivée à l’école. La régularité du sommeil dans un environnement “noir” et sans lumière bleue ( téléphone, TV…) sont des critères qui assurent une bonne qualité de sommeil.
  • Apprentissage social ( SEL: social emotional learning): enseigner explicitement les compétences sociales et émotionnelles et renforcer cet enseignement en le mettant en pratique au quotidien permet d’obtenir de meilleurs résultats académiques et sociaux.
  • Espacer les séances: de petites sessions espacées améliorent la rétention à long terme des apprentissages.
  • Apprentissage guidé: si l’élève a un niveau avancé, le laisser progresser seul est une bonne idée. Sinon non.
  • Relation professeur-élève: la relation professeur-élève est un élément essentiel dans la motivation et l’engagement de l’élève. Le professeur doit connaître ses élèves ( centre d’intérêts, contextes), montrer de l’empathie, être attentionné.

tactique d études

  • Tactiques d’étude: la récupération d’information grâce à des méthode comme les flashs cards et les quizz et le plus efficace. Suivent la planification de comment et quand étudier, puis les notes/résumés et enfin la relecture ( avec ou sans surlignage…) qui est la moins efficace. Rappeler aux élèves: pas d’effort, pas d’apprentissage.
  • Enseigner pour apprendre: inciter les élève à expliquer à d’autres (réels ou hypothétiques) est un bon moyen pour qu’ils apprennent. 
  • L’enseignement basé sur les technologies: en terme d’enseignement, le moyen n’est pas le message mais la méthode l’est. Peu importe que l’enseignement ait pour support des nouvelles technologies ou pas tant que la méthode est bonne. L’utilisation des technologies devrait favoriser: la création ( de vidéo, d’objets), la recherche, l’engagement ( collaboration), la collecte de données pour comprendre davantage les élèves. Il faut donc privilégier le contenu et la qualité plutôt que les moyens de l’enseignement.
  • Le transfert: le transfert des connaissances à l’extérieur de la classe est souvent le but de l’enseignement. Pour le favoriser, il convient de mélanger les types de problèmes, les méthodes de résolution, les contextes d’apprentissages. Utiliser les métaphores, les analogies, chercher des modèles qui se répètent permet aux élèves de plus facilement exploiter les connaissances hors de leur champ initial d’apprentissage . Il faut toutefois faire attention à ne pas varier les expériences d’apprentissages tant que les élèves ne maîtrisent pas les basiques.

Cet ouvrage balaie une large partie des items qui peuvent préoccuper un professeur. Je dirais que cet un bon mémento à garder sous la main car il est pratique avec sa présentation A faire/A ne pas faire et ses références si l’on souhaite creuser le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *