La vérité sur ce qui nous motive

Classé dans : Résumés | 0
  •  
  •  
  •  
  •  

Avis global

Le livre explore les ressorts de la motivation chez l’humain. Il n’est pas particulièrement destiné aux enseignants ; sa vocation est d’aider les managers en entreprises. Néanmoins il resitue bien les choses en présentant plusieurs théories historiques sur la motivation et les idées sont tout à fait transposables dans le milieu éducatif.  C’est donc une référence pour moi !

Résumé détaillé

L’auteur Daniel H Pink commence par mettre en garde contre les supposées vérités non appuyées par des expériences scientifiques. Ainsi, il cite l’expérience de Harlow menée en 1949 où les primates s’intéressent d’eux-mêmes à des casse-têtes. Ceci l’amène à formuler l’hypothèse de la troisième motivation : le plaisir est une récompense. Les singes ont fait moins bien quand de la nourriture était en jeu.

De même, en 1969 : Edward DECI mène une expérience avec les cubes de Soma. Il en ressort que quand l’argent est utilisé comme récompense extérieure d’une activité, le sujet attache moins d’intérêt à cette activité. Exemple de l’encyclopédie Wikipédia (et plus largement de l’open source) où les personnes contribuent sans récompense matérielle.

Voici les concepts de motivation présentés:
la Motivation 1.0 dont le ressort est la survie
la Motivation 2.0 où l’ on cherche la récompense et l’on évite la punition ( motivation extrinsèque)  n la Motivation 3.0 où l’on cherche la finalité (motivation intrinsèque).

La motivation 2.0 fonctionne pour des tâches automatiques mais pas pour des tâches complexes. . Ainsi il faut différencier les taches algorithmiques ( où la motivation externe fonctionne) et les taches heuristiques qui nécessitent de la créativité ( motivation intrinsèque nécessaire, motivation externe contreproductive).

En 1978 : Mark Lepper et David Greene théorisent le coût caché des récompenses. En agissant pour obtenir une récompense, l’individu renonce en partie à son autonomie. Comme motivateur extrinsèque, les objectifs réduisent notre champ de réflexion. Certains vont choisir le chemin le plus court pour atteindre l’objectif quitte à s’affranchir de la morale.

D’après la TAD ( théorie de l’autodétermination), il existe 3 besoins innés :être compétent, être autonome et entretenir des liens.

Des concepts clés

AUTONOMIE

 Au XXIes on continue de croire que les salariés sont des pions et non des joueurs. Ce qu’il nous faut aujourd’hui ce n’est pas un meilleur management mais une renaissance de l’autonomie. Nous sommes censés être des individus autonomes ; pas des automates. Le contrôle implique la soumission tandis que l’autonomie implique l’implication.

MAÎTRISE

Pour Carol DWECK, la maîtrise est un état d’esprit. C’est une souffrance : elle exige des efforts, de la difficulté, de la peine et de l’énergie sur une période prolongé (des années). La maîtrise est une asymptote.

FINALITE

Même lorsque nous obtenons ce que nous voulons, ce n’est pas toujours ce dont nous avons besoin. Notre profond désir de diriger notre vie, d’accroître et diversifier nos capacités est de donner un sens à notre vie.

Sur la forme

J’ai lu la version livre de poche et je l’ai dévoré. Le livre est linéaire sans fioriture mais bien construit et l’auteur semble bien documenté.

Idées de mise en pratique

  • Auto-évaluation : déterminer ses objectifs d’apprentissage/performance ( court et long terme). Déterminer ses lacunes, les outils/l’aide nécessaire Puis  faire un résumé des progrès, qu’avez-vous réussi, quelles difficultés avez-vous rencontrées, quels sont vos besoins pour progresser ?
  • Utiliser un langage non contraignant : remplacer devoir/falloir par réfléchir/envisager.
  • Complimenter l’effort et la méthode et non l’intelligence.
  • Mettre en place des mécanismes d’alerte.

Citations

« Ce qui est grand ne peut être proche et inversement. Pour vraiment progresser, il faut s’élever et tendre vers l’horizon ».

« La persévérance prédit mieux votre réussite que le QI ou la réussite aux examens. »

« L’effort fait partie de ce qui donne un sens à la vie. L’effort signifie qu’on se soucie de quelque chose, que quelque chose compte et que l’on est prêt à travailler pour cela ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *