Les neurosciences de l’éducation

Classé dans : Résumés | 0
  •  
  •  
  •  
  •  

De la théorie à la pratique en classe

La plasticité cérébrale et l’intelligence

plasticité

Dans ce chapitre est d’abord expliqué le fonctionnement technique du cerveau. Le point crucial étant la plasticité du cerveau qui nous permet toujours de croire que le progrès est possible, que l’apprentissage peut se réaliser.
Ensuite vient le temps des conseils, où l’on nous répète qu’il faut:
-bien s’alimenter
-faire de l’activité physique
-bien se reposer

Enfin une tentative pour définir l’intelligence ou plutôt les intelligences est faite. On y présente la théorie d’Howard Gardner des intelligences multiples. Si je suis bien d’accord sur le principe qu’il y a différents canaux sensoriels et pas une seule manière d’apprendre, je suis également persuadée que la liste est sans limite et plutôt convaincue qu’on apprendra pas à faire du vélo en sa basant sur l’intelligence dite naturaliste ou logico-mathématique par exemple.

Le cerveau et les apprentissages

Dans ce second chapitre on recommence avec une approche technique: le système nerveux traite l’information grâce aux unités de bases que sont les neurones. Ces derniers transportent l’informations sous forme de signaux électriques et chimiques: nous voilà avancés!

apprentissage

L’apprentissage modifie en permanence la structure de notre cerveau: on revient au principe de la plasticité cérébrale et est également évqué l’élagage synaptique qui nous permet de faire le tri dans les informations imprimées.

Vers une pédagogie de l’attention

Ce chapitre, différent dans les sujets abordés, nous propose une vision du système attentionnel.

Un premier circuit est le système d’alerte ou état de vigilance lié à la noradrénaline. Ce système est disponible dès la naissance et gagne en efficacité tout au long de notre développement.

Un second circuit est le filtrage: ce circuit permet de ne pas être en overdose d’informations. Il va filtrer les informations perçues dans notre environnement pour faire une sélection pertinente. Nous avons des filtres innés comme la distinction des fores ou des couleurs différentes dans un ensemble et d’autres appris comme la reconnaissance de notre prénom dans une discussion voisine.

Le troisième et dernier circuit se nomme contrôle exécutif. Il nous permet de sélectionner des processus mentaux. Ce circuit du contrôle volontaire n’est totalement opérationnel que vers la trentaine.

Rester concentrés est un effort: nous ne pouvons pas rester dans cet état très longtemps

concentration

Des limites attentionnelles:

  • distraction
  • cécité intentionnelle ( cf l’expérience du gorille invisible)

Les auteurs proposent de respecter 8 principes pour favoriser l’attention:

  1. la cohérence: ne pas mettre d’informations inutiles dans les énoncés
  2. le signalement: mettre en évidence les éléments les plus importants (visuellement et vocalement)
  3. la redondance: ne pas présenter simultanément les mêmes informations suivant les modalités auditive et visuelle car cela surcharge la mémoire à court terme. Ne pas lire ce que l’on écrit.
  4. la contiguïté spatiale: placer les informations textuelles à côtés des images qu’elles commentent
  5. la contiguïté temporelle: présenter simultanément un discours correspondant à une image plutôt qu’à des moments différents.
  6. La segmentation: découper une tâche complexe en sous-tâches.
  7. Le préapprentissage: rappel explicite des concepts essentiels à l’acquisition d’une nouvelle notion
  8. La multimodalité: joindre des supports pédagogiques audiovisuels en privilégiant l’auditif pour les discours.

La mémoire, les mémoires et l’apprentissage

La mémoire est essentielle aux apprentissages. Pour mémoriser correctement quelque chose il faut franchir trois étapes:

  1. Encoder l’information, apprendre: la qualité de cette étape dépend des connaissances préalables, des capacités développées par la personne et du contexte d’apprentissage.
  2. Stocker et consolider les informations. Là encore, la qualité du sommeil favorise une bonne conservation des informations. Par ailleurs, la fenêtre temporelle (le laps de temps séparant deux répétitions de l’apprentissage) joue un rôle essentiel. La consolidation nécessite du temps et de la régularité afin d’être efficace.
  3. Restituer les informations: se rappeler. On peut demander différents niveaux de rappel aux élèves:
        • Le rappel libre: niveau le plus élevé, demande à l’élève de se rappeler une notion sans aucun indice
        • le rappel indicé: il met l’élève sur la voie en lui indiquant un élément en lien avec la notion
        • le rappel avec des QCM: ce type de rappel permet de redonner confiance à l’élève en difficulté

Il existe 5 types de mémoires: la mémoire perceptive, la mémoire sémantique, la mémoire épisodique, et la mémoire procédurale qui toutes les 4 stockent les informations. Et enfin la mémoire de travail qui permet d’agir dans différentes situations.

Pour développer la mémorisation dans les apprentissages, il est important de relier les savoirs entre eux, de développer des activités rapides pour automatiser certains procédés et de favoriser les activités de groupes pour créer de l’interaction entre les personnes.

La biorythmicité et l’horloge biologique

Chaque être humain possède des rythmes qui se catégorisent de la façon suivante:

  • Rythme ultradien: ce sont les phénomènes qui se produisent avec une période inférieure à la journée comme le rythme cardiaque
  • Rythme circadien: ce sont les phénomènes qui ont un cycle par jour, comme le cycle veille-sommeil
  • Rythme infradien: ce sont les phénomènes à rythme lent tel que les saisons

rythme biologique

Notre horloge biologique interne est calée sur 25heures et non 24heures. Par conséquent elle utilise la lumière pour se resynchroniser. Un rythme très régulier pour le lever et le coucher est indispensable pour le fonctionnement optimal de notre horloge biologique interne.

Le sommeil: des rôles fondamentaux

Ce chapitre récapitule les différents stade de sommeil qui existent: endormissement, sommeil lent et léger, sommeil lent et profond, sommeil paradoxal. Il nous renseigne sur les temps de sommeil idéal d’un individu suivant son âge: 12h par jour de 3 à 5 and, 10 h pour les 10-12 ans, 9h pour les 12-18 et 8h pour les adultes.

Il nous alerte sur la privation de sommeil des adolescents en particuliers et les autres perturbateurs de la qualité de sommeil: les horaires tardifs et irréguliers qui peuvent provoquer un retard de phase (désynchronisation du rythme circadien).

Ceci est d’autant plus impactant que le sommeil joue de nombreux rôles:

  • restauration et réparation de l’ensemble de l’organisme
  • croissance et développement cérébral
  • équilibre nutritionnel et pondéral
  • défense immunitaire
  • nettoyage du cerveau, mémorisation, oubli

Enfin est évoqué le cas de la sieste qui peut être bénéfique mais si elle demeure de courte durée. Au-delà elle peut causer des décalage dans le sommeil du soir et s’avérerait contre-productive.

Les biorythmes et les apprentissages

Dans ce chapitre est menée une étude des différent cycle hormonaux (mélatonine et cortisol) ainsi que de la température du corps.

On en retire que:

-le milieu de matinée correspond à l’éveil maximal

-le début de soirée est le second pic de vigilance

Le temps du sommeil est celui de la consolidation de la mémoire à long terme et du développement cognitif.

Les émotions toute une histoire

Une émotion est personnelle et donc subjective. On compte si émotions de base:

  1. la peur
  2. la colère
  3. la tristesse
  4. la joie
  5. le dégoût
  6. la surprise

Elles sont communes à tous les êtres humains.

emotions

A ces émotions viennent s’ajouter les émotions dites sociales: la compassion, l’envie, l’orgueil, l’embarras, la honte, la jalousie, le mépris, l’admiration…

Toutes ces émotions jouent un rôle dans l’apprentissage, elles sont indispensables dans la vie, utiles dans nos relations aux autres.

Conclusion: mon avis personnel

Ce livre est architecturé en petits chapitres qui traitent chacun d’un thème précis. Chaque chapitre est rédigé par un groupement d’auteurs. Ce principe fait qu’il y a pas mal de répétitions tout au long de l’ouvrage et on ne trouve pas de cohérence globale.

On trouvera ici ou là quelques informations utiles mais la structure de l’ouvrage a été pour moi rédhibitoire.